Blog

Mind mapping et thérapie pour transformer les phobies

bon

Je souhaite ici partager mon expérience, car j’utilise depuis quelques années le mind mapping en psychopratique avec des résultats intéressants.

La première carte schématise un bonhomme représentant le client (ou la cliente) : la problématique est notée à gauche : « peur des araignées ». Ensuite , le client complète, dans l’ordre d’apparitions de ses idées, ce qu’elle fait dans le cas où elle est en contact avec une araignée, ce qu’il ressent, ses sentiments et émotions et ce qu’il pense ou se dit. Le mind mapping permet ici de prendre de la distance : le client regarde sa peur, ses émotions etc…Tout cela n’est plus en lui. Remarquez qu’il a repéré sur les endroits des impacts corporels.

1 bonhomme

 

Ensuite on réalise un brainstormig sur ce qu’elle peut faire. Toutes les idées sont notées sans jugement. Le schéma les représente bien visuellement comme toutes sur un même pied et possibles. Le client voit alors qu’il pourrait faire plein de choses, qu’il n’avait bien souvent pas du tout envisagées. 2 ce que je peux faire

« De toutes ces possibilités, lesquelles ressens-tu le mieux ? » la cliente dans ce cas-ci était agréablement surprise de pouvoir envisager la possibilité de demander des idées à ses amis. Jusqu’à présent, sa peur des araignées restait une honte confinée dans son cercle familial.

 Après la phase divergente, on va converger vers une nouvelle carte des idées « à retenir », avec celles qui parlent le plus au client. On enlève ainsi du regard certaines idées impossibles à réaliser et cela évite de se sentir coupable d’être incapable de mettre certaines idées en place.

3 ce que je choisis de faire

La dernière carte reprend ces quelques idées, que j’appelle « essais », car j’insiste sur l’opportunité d’essayer un autre comportement et la possibilité de s’en débarrasser s’il ne nous convient pas. Trop souvent on pense que le changement induit un non-retour, alors que l’on peut tester d’autres croyances, comportements…juste pour essayer comment c’est, et ensuite seulement décider si nous allons persévérer ou pas, ou éventuellement l’adapter.  4 mon 1er essais

Cette dernière carte sera transformée en plan d’action par le CQQCOPQ (comment, qui, quoi, combien, où, pourquoi, quoi) et est affichée à un endroit le plus probable de rencontre d’une araignée.

C’est ainsi que 2 mois après la séance, le client a pu transformer sa phobie en quelque chose de beaucoup plus supportable et moins contraignant, et qui est toujours en évolution.

Article en anglais

  

 

 

 

 

 

 

 

Fabienne

Fabienne

Ajouter un commentaire


* obligatoire